Brought to you by ISI-CNV


Introduction

Tout individu a un tempérament de base. Il existe 3 tempéraments : matériel, spirituel et intellectuel. L'origine de ces trois bases possibles gît dans le développement embryonnaire.

Les races antérieures, foncées, présentent des types de tempéraments frustes et n'appartiennent, en général, qu'à une seule base. Dans la race blanche, les trois bases sont représentées.

Chaque individu a une base ; les deux autres côtés sont ses inclinations. La plus forte inclination est dite la première, la plus faible, la seconde (sauf anomalies).

L'homme pense dans sa base, il parle dans sa première inclination, il agit dans la seconde.

La base est fixée le 28e jour de l'embryon ; les inclinations durant la grossesse. Le côté intellectuel, formé du feuillet externe, dépend des fonctions respiratoires et est basé sur les poumons. Le côté matériel, formé du feuillet interne, dépend des fonctions nutritives et est basé sur le foie. Le côté spirituel, formé du feuillet moyen, dépend des fonctions glandulaires et est basé sur les organes génitaux.

Une base n'est pas meilleure qu'une autre, ni supérieure, ni plus évoluée. Le progrès, pour chaque tempérament, consiste dans l'égalisation ou compensation de la base et des deux inclinations (types très équilibrés).

Dans chaque tempérament, il faut considérer quatre cas principaux : I. Base forte, les deux inclinations faibles (types frustes). 2. et 3. Base et première inclination fortes, seconde faible (les six types moyens analysés dans nos tableaux). 4. Base et les deux inclinations également fortes (types très équilibrés). Cela fait 12 types, correspondant aux 12 tribus de la race blanche.

En cas de doute au sujet des inclinations, cherchez la première sur le côté gauche du crâne, la seconde sur le côté droit ; la base est toujours symétrique.

Si les inclinations sont bien équilibrées, toutes les dissymétries sont atténuées et le tempérament devient difficile à déchiffrer. Si la base ou une inclination est faible ou forcée, les dissymétries sont fortement accusées. Se souvenir que la base est ce qui est symétrique, même si ce n'est pas le plus fort. C'est surtout dans les cas très égalisés qu'il faut tenir compte des caractères généraux et accessoires.

Il existe encore le type appelé quatrième tempérament ou type excentrique, unicum, manifesté par une symétrie dans deux systèmes, autrement dit, deux bases. Le type excentrique le plus fréquent est une base matérielle faible, supplantée vers la fin de la grossesse par l'intellectuelle, avec la première inclination spirituelle.

En se diagnostiquant soi-même, beaucoup de personnes sont tentées de s'attribuer comme base leur seconde inclination, surtout lorsque celle-ci est la spirituelle. Etudiez bien les tableaux et les croquis, en vous souvenant que c'est seule la forme du crâne, par le fait que celle-ci épouse celle du cerveau, qui est déterminante pour le tempérament, tandis que les traits du visage, la forme des mains, l'écriture, la tournure du corps, etc. ne peuvent pas être déterminants mais seulement indicatifs et adjuvants. La figure M.S.I. (p. 32) montre la répartition des tempéraments dans le cerveau et, à titre d'exemple, leurs correspondances dans l'oreille.

Dans la race blanche, le type le plus fréquent est le Spir-Mat, puis le Mat-Spir. Les moins fréquents sont le Spir-Int et l'Int-Spir. Chez la jeune génération actuelle, on trouve beaucoup de types égalisés, prémisses de la « race transparente. »

Le tempérament — base et inclinations — est immuable dès la naissance. Mais l'équilibre des trois côtés entre eux peut être dérangé ou corrigé durant la vie. Par exemple, si la profession ne correspond pas au tempérament, l'inclination correspondante sera forcée et supplantera la base (déformation professionnelle) ; l'individu ne peut plus penser individuellement et devient malheureux. Correctif : renforcer la base, par les traitements y relatifs et par une occupation accessoire, voire changer de profession.

Il n'y a qu'une maladie : c'est la lutte entre la vie et la mort. Cette lutte se passe dans les organes de la base. Toutes les autres maladies sont des symptômes sympathiques dans les organes de la première inclination, ou des affections réflexes, dans ceux de la seconde.

Un tempérament fruste n'a ni symptômes ni affections, il n'est pas délicat. Si la seconde inclination est faible, la première forte, il n'y a que des symptômes sympathiques. Si les deux inclinations sont fortes et égalisées avec la base, ce type, le plus évolué, est délicat de santé.

Il s'agit de diagnostiquer, non le mal, mais la personne, et le traitement s'applique, non à la maladie, mais au tempérament.

L'énergie vitale a sa source dans les organes de la base ; ce sont donc ces organes qui sont attaqués par la maladie. Mais, à cause de la force même de ces organes, tout dérangement se manifeste d'abord sous forme de symptômes sympathiques dans les organes de la Ire inclination, puis comme affections réflexes dans ceux de la 2e.

La plupart des gens vivent à côté de leur base, sont traités contrairement à leur base et se nourrissent au détriment de leur base. D'où s'ensuivent symptômes et affections dans les inclinations.

L'individu qui ne vit pas dans sa base force l'inclination dans laquelle il vit et les organes correspondants, étant surmenés, deviennent délicats. Si les inclinations sont faibles, l'individu, de tempérament fruste, vit entièrement dans sa base et ne sera jamais malade, jusqu'à ce que la maladie se déclare à l'état aigu dans sa base et l'emporte.

Si les deux inclinations sont fortes et égales à la base, l'individu, équilibré, se meut dans tous les domaines. Le mal s'établit à l'état latent et chronique dans ses organes de base, compliqué de symptômes et d'affections variables et permutants dans ceux des inclinations. La maladie, si intense qu'elle puisse se manifester dans une inclination, ne devient mortelle que lorsqu'elle se déclare aiguë dans l'organe de base.

Lorsque la maladie se montre aiguë dans une inclination, le traitement consiste à refouler les affections réflexes de la seconde inclination ; des symptômes apparaîtront alors dans la première ; repoussé de là, on obligera le mal à montrer son vrai visage dans la base. Pendant ce temps, on aura fortifié la base, car ce n'est que de l'organe de base que le mal peut être éradiqué. Effacer un symptôme ou refouler un réflexe n'est pas une guérison. Guérison égale purification.

D'une façon générale, la nourriture de la base doit être constituée des produits indigènes et de saison et les régimes curatifs pour les inclinations de produits exotiques et hors saison.

Chaque tempérament comporte ses singularités, et l'on se livrerait à des expériences désastreuses pour soi-même et toute la société, si l'on n'était arrêté sur la pente par des maux issus de notre propre déséquilibre. Ces « maux » sont nécessaires, soit pour tempérer nos extravagances, soit pour nous faire réfléchir et chercher à nous équilibrer. Ainsi donc : « Tout est Bien, mais moi je dois faire Mieux ! ».

La base qui renferme l'énergie vitale, manifeste le côté positif ou objectif de l'individu ; la Ire inclination, son côté négatif ou subjectif ; et la 2e inclination rétablit l'équilibre sur le plan objectif.

L'on doit bien se pénétrer du fait que le tempérament ne préjuge en rien de la valeur individuelle. Le tempérament ne caractérise que la personnalité, c'est-à-dire le moule dans lequel vit l'Individualité ; il détermine le cadre, les conditions, les règles et les limites dans lesquelles l'Individualité crée son œuvre de vie. On y lit le caractère et les aptitudes, les faiblesses et les moyens d'amélioration. Mais, de même qu'un sauveur et un gredin peuvent naître le même jour, à la même heure et au même endroit, ils peuvent aussi avoir le même tempérament de base.

DIAGNOSTIC DU TEMPÉRAMENT

I. Caractères généraux, visibles à distance, mais insuffisants pour un diagnostic exact.

Tempérament Type (Ire incl.)

Matériel i. Spir. 2. Int.

Spirituel 3. Mat. 4. Int.

Intellectuel 5. Mat. 6. Spir.

Tournure générale

court, trapu ou arrondi

grand ou moyen souple ou dégingandé.

grand, droit, rectangulaire

Forme géométrique schématique de la tête

sphéroïde tendant à sphère polyèdre

ovoïde tendant à

ellipsoïde cône renversé

parallélipipède tendant à cube cylindre

Forme du visage

rond tendant à cercle ou polygone ellipse

ovale tendant à ellipse triangle renversé

rectangle tendant à carré ellipse

Caricature

pleine lune pomme de

terre

poire toupie

boîte cafetière

Cou

court, trapu, presque

nul. Tête rentrée dans

les épaules.

long, souple, penché

en avant

Nuque

modelée sèche

en forme de tour, vertical, cylindrique planté droit sur les épaules.

Profil

oblique, où la mâchoire prédomine.

saillant, où le nez prédomine.

vertical, où le front prédomine.

I. Caractères généraux, visibles à distance, mais insuffisants pour un diagnostic exact (suite).

Tempérament Type (Ire incl.)

Matériel i. Spir. 2. Int.

Spirituel 3. Mat. 4. Int.

Intellectuel 5. Mat. 6. Spir.

Race humaine correspondante

nègres

indiens

mongoles

Type ethnique dans la R. blanche

slave

latin (méditerranéen)

anglo-saxon (germain)

Voix Timbre

haute métallique

mezzo chantant

basse sec

II. Caractères fondamentaux, déterminants pour le diagnostic.

Tempérament Type (Ire incl.)

Matériel i. Spir. 2. Int.

Spirituel 3. Mat. 4. Int.

Intellectuel 5. Mat. 6. Spir.

Tour de tête maximum

au niveau des oreilles

plus haut que les oreilles

indéterminé

Front

non symétrique, penc ou plu à droite à gauche

petit, bom- oblique, bé ou fuy- trapèze, ant, arron- bosselé, di sur les irrégulier, bords. élargi aux tempes

lé, irrégulier ; saillant s haut à droite à gauche

oblique, presque fuyant, vertical, arrondi, formant se pro- angle avec longeant la voûte dans la voûte.

symétrique, vertical, rectangulaire, plan.

rectangle rectangle bien mar- bien indiqué, droit que dans jusqu'aux le haut ; sourcils atténué vers les tempes.

Voute du crâne

non symétrique, plus

haute à gauche à droite

SYMÉTRIQUE

élevée en dôme en

forme de :

cloche ogive

non symétrique, plus

haute

à droite à gauche

plate ronde

ronde plate

II. Caractères fondamentaux, déterminants pour le diagnostic (suite).

Tempérament

Matériel

Spirituel

Intellectuel

Type (Ire incl.)

i. Spir. 2. Int.

3. Mat. 4. Int.

5. Mat. 6. Spir.

Base du crâne

SYMÉTRIQUE

non symétrique, plus forte :

à gauche à droite

à gauche à droite

Parois latérales

s'évasant vers le bas

s'ouvrant vers le haut

parallèles

Arcades sourcill.

symétriques, arquées, saillantes

dissymétriques, plus

haute à gauche à droite

symétriques, recti-lignes, non saillantes.

Occiput

bien développé, parfois protubérant.; symétrique

en général bien développé et se prolongeant dans la voûte. Plus fort :

en général peu marqué, droit, prolongeant la nuque. Plus fort:

à gauche à droite

à gauche à droite

III. Caractères accessoires, facilitant le diagnostic, ou indicatifs du développement

des inclinations.

Tempérament Type (Ire incl.)

Matériel i. Spir. 2. Int.

Spirituel i. Mat. 2. Int.

Intellectuel 5. Mat. 6. Spir.

Oreilles développées :

petites, collées au

crâne, haut placées dans le bas et plus :

en large en haut qu'en haut qu'en large

grandes, ouvertes en

éventails dans la largeur et

plus :

en bas en haut

qu'en haut qu'en bas

grandes, plus ou

moins appliquées dans le haut et plus :

en bas en large. qu'en large qu'en bas

Nez

petit

rond ou court, retroussé, large, étroit du carré, haut. épaté.

grand et fort du bout, creusé entre les yeux, gros large, lourd, osseux, souvent grandes busqué. narines.

long et pointu ; droit, souvent prolongé jusqu'entre les sourcils ; large entre les yeux ; narines fendues.

Yeux

symétriques, éloignés des sourcils et rapprochés des pommettes ; souvent pro-

en général, l'un plus ouvert que l'autre (2e incl.) ; enfoncés, en amandes, rapprochés.

en général symétriques ; bien de face ; à peine visibles de profil ; proches des sourcils.

III. Caractères accessoires, facilitant le diagnostic, ou indicatifs du développement

des inclinations (suite).

Tempérament

Matériel

Spirituel

Intellectuel

Type, (Ire incl.)

i. Spir. 2. Int.

3. Mat. 4. Int.

5. Mat. 6. Spir.

Sourcils

Réguliers, arqués, souvent forts ;

asymétriques, sinueux, montant ou

rectilignes, réguliers, en général fins ;

en demi- en cercles circonflexe

en circonflexe ;

à gauche à droite

très droits légèrement arqués

Tempes

pleines

pleines creuses

plates plates ou creuses

Bouche

petite, en cœur

grande, sinueuse

grande, rectiligne

Lèvres

grosses

moyennes, souples

fines, pincées

Mâchoire

ronde carrée, forte

grande, faible longue

carrée ovale atténuée

Menton

petit, carré rond atténué

grand ovale

anguleux pointu souvent fendu

Epaules

rondes

tombantes

carrées souples

Mains

petites

grandes, longues

moyennes, carrées

Doigts

potelées dures ronds, forts à la racine, effilés du bout

souples douces

longs, noueux, ovales

du bout

dures osseuses cylindriques, carrés du bout

Corrélations physiologiques.

Tempérament

Matériel

Spirituel

Intellectuel

Type (I" incl.)

i. Spir. 2. Int.

3. Mat. 4. Int.

5. Mat. 6. Spir.

Cavité

abdominale

bassin

thoracique

Feuillet embryonnaire

endoderme (interne)

mésoderme (moyen)

ectoderme (externe)

Organe de base

Foie

Org. génitaux

Poumons

Organes sympathiques de la base

Syst. digestif, pancréas, bile, sang ; puis reins

glandes, vessie, rate ; puis cerveau

cœur, plèvres ; puis syst. nerveux

Dans les organes de base et sympathiq

ues des bases :

Symptômes symp.

Spirit. Intell.

Mater. Intell.

Mater. Spirit.

Affections réfl.

Intell. Spirit.

Intell. Mater.

Spirit. Mater.

Branche fondam. Circulation

Alimentation sanguine

Régénération nerveuse

Respiration glandulaire

Alimentation

amidons ; soupes ; racines et tuberc.

phosphates ; dépuratifs ; légumes

albumines ; toniques ; fruits

Régénération

cures, éliminatoires

hydrothérapie

exerc. gland. ; soleil, air

Respiration

abdominale et exerc. préliminaires

costale et exerc. d'harmonie

supérieure et exerc. rythmiques

Corrélations physiologiques (suite).

Tempérament Type (Ire incl.)

Matériel i. Spir. 2. Int.

Spirituel 3. Mat. 4. Int.

Intellectuel 5. Mat. 6. Spir.

Courants Médecine Traitement par :

sanguin allopathie nourriture

nerveux

chiropratique

sentiment

glandulaire

homéopathie

raison

Correspondances

Nature Instincts Vie physique Vie psychique Vie mentale Couleur fondam.

physique

acquisition

du corps

dans le passé

objective

rouge

psychique

perpétuation

de l'âme

dans l'avenir

subjective

bleu

mentale

domination

de la mentalité

dans le présent

abstraite

jaune

Sens

vue, ouïe, odorat, goût

toucher, sentiment, intuition, transidée

télépathie, discernem., clairvoyance, réalisat.



Back to Index




If you want to learn the Panopraktik and the Mazdaznan's Phrenology contact us at 00393482213449 or write us to mazdaznan@neurolinguistic.com (put in the subject MAZDZNAN).
We are trying to help anew the diffusion of such useful and very powerful techniques.

We thanks http://www.pnl-nlp.org/dn for hosting and the help in diffusing again these teachings.